Archive for the ‘Action urgente’ Category

ACTION URGENTE : DES DÉFENSEURS INTERNATIONAUX DES DROITS DE L’HOMME SÉQUESTRÉS PAR DES HOMMES ARMÉS EMPLOYÉS PAR UNE ENTREPRISE MINIÈRE AU HONDURAS

July 29, 2013

Le 25 juillet 2013, deux accompagnateurs internationaux de PROAH (Projet d’Accompagnement international au Honduras1, de nationalités suisse et française, ont été séquestrés pendant deux heures et demi dans la communauté de Nueva Esperanza par des hommes armés qui surveillent les ouvrages miniers de Lenir Pérez, propriétaire de l’entreprise Minerales Victoria. Les hommes armés sont présents depuis presque deux mois dans cette communauté rurale du département d’Atlántida, terrorisant les habitants et menaçant ceux qui refusent de vendre leurs terres à l’entreprise minière.

La séquestration d’accompagnateurs internationaux des droits de l’Homme est un exemple de plus de la gravité de la situation à Nueva Esperanza. La communauté vit dans un état permanent d’impuissance, subissant des intimidations pour son opposition pacifique à ce projet d’exploration minière qui lui a été imposé contre sa volonté, et sans aucune consultation2. Les menaces sont tellement sérieuses que certains habitants ont du s’enfuir de leurs maisons.

Face à cette situation, et en réponse aux demandes des membres de la communauté, PROAH accompagne celle-ci à travers la diffusion d’information et d’alertes au niveau international, et a visité la communauté à plusieurs reprises.

Le 24 juillet, les deux membres de PROAH ont passé la nuit dans la maison d’une famille dans la communauté d’El Zapote, près de Nueva Esperanza, afin de l’accompagner suite aux menaces qu’elle a reçue pour avoir refusé de vendre ses terres à Lenir Pérez3. Le jour suivant, le 25 juillet, à 9h du matin, 7 hommes lourdement armés ont fait irruption dans la maison, menaçant les deux accompagnateurs avec leurs fusils, accompagnés de 25 à 30 hommes armés de machettes, des travailleurs embauchés pour réaliser l’exploration minière, et emmenés par un homme que les membres de la communauté ont identifié comme étant Wilfredo Funes. Ce dernier a dit aux accompagnateurs qu’ils devaient partir car ils les empêchaient de travailler. Les membres de PROAH ont expliqué leur travail d’accompagnement international auprès de défenseurs des droits de l’Homme. A un moment donné, Wilfredo Funes a reçu un appel sur son téléphone, et a annoncé que « le chef » souhaitait parler avec les accompagnateurs. L’un d’entre eux a demandé s’il s’agissait de Lenir Pérez. W. Funes a paru surpris et a demandé : «Vous êtes déjà au courant? »; mais quand il passé le téléphone à l’accompagnateur, la personne en ligne a raccroché. D’autres hommes armés (d’après les membres de la communauté, ils sont 12 au total) ont poursuivi le propriétaire de la maison, qui n’était pas présent à son domicile à ce moment-là, tout en tirant des coups de feu, jusqu’à que ce que l’homme rejoigne la maison.

Au bout d’une heure, le leader des hommes armés a obligé les membres de PROAH à sortir de la maison, les menaçant d’employer la force s’il le fallait. Il leur a également dit que s’ils s’aventuraient à revenir, ils les « emmènerait se perdre dans les bois ». Il les a forcés à marcher une demi-heure durant en direction de Nueva Esperanza, encerclés par les hommes armés de fusils et de machettes, lesquels ont également intimidé sexuellement l’accompagnatrice française. Ils les ont obligés à effacer les photos qu’ils avaient prises des machines servant aux travaux d’exploration. Par la suite, Wilfredo Funes et un ingénieur de la mine les ont forcés à monter dans un pick-up, avec trois hommes armés à l’arrière du véhicule. Avant de les libérer, Wilfredo Funes a dit que si les membres de PROAH dénonçaient les faits, la communauté subirait des représailles. Ils ont laissé les accompagnateurs dans la communauté de Nueva Florida à 11h30, après deux heures et demi de captivité. Ces derniers ont attendu pendant une heure sur place l’arrivée d’une patrouille de police qui les a conduits jusqu’à Tela.

Incontestablement, la pression exercée par le COFADEH, PROAH, et d’autres défenseurs des droits de l’Homme, y compris des personnes de la communauté, afin de dénoncer et solliciter l’intervention immédiate des autorités de sécurité nationale et des membres du corps diplomatique, a été un facteur décisif qui a permis leur libération.

Il est important de souligner que le jour précédent, les défenseurs avaient informé de leur arrivée le poste de police de Buena Vista, sur le chemin qui mène à la communauté, en s’identifiant comme observateurs des droits de l’Homme. Cependant, tandis que se déroulaient les événements précédemment décrits, les policiers n’étaient pas présents au poste de police.

Un membre de la communauté a informé PROAH que la nuit du 25 juillet, des hommes armés employés par l’entreprise ont traversé la communauté de Nueva Esperanza en tirant des coups de feu en l’air. La famille qui accueillait les accompagnateurs au moment de la séquestration a dû fuir de la communauté pour sa propre sécurité.

Le 27 juillet, 250 activistes nationaux et internationaux organisés en caravane ont visité Nueva Esperanza afin de manifester leur soutien.

Cet incident est un exemple de plus de la persécution des habitants de Nueva Esperanza et des organismes qui les accompagnent dans la défense des droits de l’Homme. Deux leaders de la communauté, César Alvarenga y Roberto García, membres du Mouvement Ample pour la Dignité et la Justice (MADJ), bénéficient de mesures de protection octroyées par la Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme (CIDH), après avoir reçu des messages textos sur leurs téléphones contenant des menaces de mort de la part de Lenir Pérez en août 20124. Le prêtre guatémaltèque César Espinoza, qui officie comme curé dans la paroisse d’Arizona -et à laquelle est rattachée la communauté-, et qui a participé activement à la défense de la population, a également fait l’objet d’attaques similaires. Il a en effet reçu des messages de « supposés employés de l’entreprise minière » sur son téléphone portable au mois de janvier de l’année en cours5. C’est en grande partie en réponse à la préoccupation générée par son cas, ainsi qu’au vu de l’absence de réponse de la part des autorités face à la situation de Nueva Esperanza, que le diocèse de La Ceiba s’est prononcé sur l’activité minière dans la région au mois de juin dernier6.

Au regard de ces faits, PROAH appelle instamment les communautés nationale et internationale à:

S’assurer que les hommes armés travaillant pour l’entreprise de Lenir Pérez soient immédiatement retirés de la zone.

Enquêter immédiatement, de manière exhaustive et impartiale sur les faits dénoncés, tout en rendant les résultats publics; s’assurer que les responsables intellectuels et matériels des menaces et des intimidations à l’encontre des membres de la communauté opposée à l’activité minière et des autres défenseur-e-s des droits de l’Homme, ainsi que de la séquestration des accompagnateurs de PROAH, comparaissent en justice.

Prendre les mesures nécessaires afin que cessent le harcèlement et les menaces contre tous les membres de la communauté de Nueva Esperanza.

Prendre des mesures urgentes afin d’assurer la mise en application de la Déclaration sur le droit et la responsabilité des individus, groupes et organes de la société de promouvoir et protéger les droits de l’homme et les libertés fondamentales universellement reconnus, adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 9 décembre 1998.

Assurer l’application de ladite Déclaration, en particulier des paragraphes se référant à la protection du droit de chacun à « individuellement ou en association avec d’autres, promouvoir la protection et la réalisation des droits de l’homme et des libertés fondamentales aux niveaux national et international ».

27 juillet 2013

Veuillez diriger vos demandes aux autorités nationales suivantes :

Président de La Cour Suprême de Justice

Mr Jorge Alberto Rivera Avilés

Tél : (504) 269-3000 269-3069

Mail : cedij@poderjudicial.gob.hn

Commission de contrôle du Ministère Public

Fax : (504) 221-5667

Tél : (504) 221-5670 221-3099

Secrétariat de Justice et des Droits de l’Homme

Mme la Ministre, Me Ana Pineda

apineda@sjdh.gob.hn

Directeur de l’Institut Hondurien de Géologie et des Mines

Mr Aldo Francisco Santos Sosa

aldofss@yahoo.es

Ministre du Secrétariat des Ressources Naturelles

Me Rigoberto Cuellar

rigobertocuellar@hotmail.com

Commissaire Régional des Droits de l’Homme

Me Juan José Arita

jujoa7@hotmail.com

Mairie de Tela

Mr le Maire David Zaccaro

alcaldiadetela@yahoo.cometmuni_tela@yahoo.com

Merci d’envoyer vos copies de cette action urgente à vos représentants parlementaires du congrès ou du parlement (et le cas échéant, du Parlement européen), ainsi qu’à l’ambassade de votre pays au Honduras, accompagnées de lettres exprimant votre préoccupation concernant l’aggravation de la crise des droits de l’Homme au Honduras. Envoyez des copies des lettres adressées aux autorités honduriennes à la représentation diplomatique du Honduras établie dans votre pays.

1Le Projet d’Accompagnement international au Honduras a été créé dans le pays le 1er septembre 2010, à la suite d’attaques systématiques contre les défenseurs des droits de l’Homme. PROAH, un projet de l’organisation Friendship Office of the Americas, réalise son travail sur la base d’un pouvoir de prévention ou de diminution d’une situation de pression ou de risque qui affectent la continuité du travail des personnes et organisations, et qui en raison de l’exercice de la défense des droits de l’Homme doivent affronter des dangers imminents.

2Voir l’article paru sur le blog de PROAH.

3Voir le communiqué en espagnol en fin d’article sur le blog de PROAH.

4Communiqué en espagnol du MADJ et du MAA (7.6.2013) qui apportent leur soutien à la communauté http://madj.org/content/index.php? option=com_content&view=article&id=271:comunidades-del-departamento-de-atlantida-bajo-amenaza-de-muerte-por-la- voracidad-de-empresarios-mineros-y-corrupcion-de-funcionarios-del-estado&catid=56:rrnn&Itemid=117

5Ibid.

6Voir le communiqué.

Advertisements

!ALERTE DU COPINH!

April 12, 2013

Conseil Civique des Organisations Populaires et Indigènes du Honduras COPINH

copinh@copinh.org; Tel (504) 2783-0817; http://copinh.org;
FB: Copinh Intibucá;  twitter: @copinhhonduras

!ALERTE NATIONALE ET INTERNATIONALE!


A 12 JOURS DU BLOCAGE DE L’ACCÈS ROUTIER

SAM_1393

A 6h30 ce matin, nous avons été délogés par 7 patrouilles de police, comprenant certains éléments de la force anti-émeute. Nous avons été délogés après 12 jours d’action pacifique dans le secteur de Río Blanco, en protestation au projet hydroélectrique Agua Zarca1.

A 6h du matin les policiers sont arrivés pour nous avertir qu’ils allaient procéder à l’expulsion, procédant à la fouille des sacs à dos, justifiant qu’ils recherchaient des armes. Ils ont également confisqué des appareils photos et caméras. Peu après, ils se sont chargés de déverser l’eau potable destinée à notre ravitaillement et ont commencé à démonter le campement où nous dormions.

A ce jour, nous n’avons pris connaissance d’aucun ordre d’expulsion, et nous n’avons organisé aucune action spécifique face aux menaces de délogement. Plusieurs médias de communications nationaux et internationaux ont couvert cette action, et en toute solidarité, ont tenté d’appeler les organismes concernés et les fonctionnaires de police, ainsi que d’autres acteurs étatiques. Dans tous les cas, ces derniers se refusent à répondre, ou bien se cantonnent à donner de l’information niant la plainte que nous formulons.

Nous savons que nous touchons à des intérêts privés, et qu’au Honduras ceux-ci sont toujours plus importants que ceux des communautés et du peuple lui-même. Mais nous continuerons à résister, protégés par l’histoire de notre lutte qui a existé depuis des siècles, et sous la protection internationale qu’offre la Convention 169 de l’OIT.

Nous renouvelons notre appel à la solidarité du mouvement social hondurien, aux peuple de cette Amérique rebelle, aux opinions nationale et internationale, afin qu’ils suivent de près les évènements qui se déroulent en territoire Lenca.

Nous les invitons à continuer leurs appels téléphoniques vers les numéros apparaissant dans l’ACTION URGENTE en vue d’exercer des pressions sur le régime de Lobo, afin qu’il soit attentif au peuple hondurien et non aux intérêts transnationaux.

Nous exigeons qu’interviennent Mr Lobo Sosa, et les secrétaires d’État César Ham, Rigoberto Cuellar, Ana Pineda, Luis Green, José Trinidad Suazo et Pompeyo Bonilla.

El pueblo lenca, el COPINH resiste en su proyecto de vida, justicia y soberanía indígena y popular

¡Con la fuerza ancestral de Icelaca, Lempira, Mota y Etempica se levantan nuestras voces llenas de vida, justicia, libertad, dignidad y paz!

Rio Blanco, Intibucá, le 12 avril 2013

1Pour plus d’information sur le contexte et l’action menée par les communutés en résistance, consultez l’article en espagnol de Giorgio Trucchi : http://nicaraguaymasespanol.blogspot.com/2013/04/honduras-desalojan-protesta-de.html, ainsi que l’action urgente accessible depuis cet article.