Communiqué de presse du diocèse de La Ceiba, 26 juin 2013

Veuillez trouver ci-dessous la traduction de la déclaration faite par le diocèse de La Ceiba la semaine passée, exprimant sa préoccupation au sujet :

-des impacts environnementaux et humains des concessions minières octroyées dans le département d’Atlántida

-de l’absence de consultation des communautés affectées de la part des autorités, qui s’opposent unanimement aux concessions minières

-l’intimidation des opposants à l’extraction minière au sein des communautés et de ceux qui leur apportent leur soutien, et plus particulièrement de la part des forces de sécurité de l’État

La déclaration mentionne spécifiquement la communauté de La Nueva Esperanza (voir notre blog posté le 24 juin dernier) :

Le diocèse, qui a tenté de jouer les médiateurs entre les communautés affectées, et les compagnies minières et les autorités, en organisant deux réunions au mois d’avril, a finalement décidé d’adopter cette posture inhabituelle, face à la sensation de se trouver dans une impasse. Les autorités ont échoué à tenir leur engagement d’informer les communautés sur les projets qui les concernent, se rendant également complices de l’intimidation des communautés, et tandis qu’au même moment les activités d’exploration se poursuivent en causant déjà des dégâts environnementaux.

La déclaration complète et originale est disponible en espagnol au lien suivant :
http://www.caritashonduras.org/images/stories/Documentos/2013/Junio/comunicado%20para%20la%20prensa.pdf

PROAH

L'Evêque Mons. Michael LenihanAu centre, l’évêque Mons. Michael Lenihan
 
 

Le Père César Espinoza,

Le Père César Espinoza, victime de menaces
 

Le diocèse de La Ceiba, en accord avec le mandat de l’assemblée diocésaine, célébrée le 1er juin 2013 dans la paroisse San Isidro en présence de 120 agents pastoraux de toutes la paroisses, se prononce sur la problématique de l’exploitation minière dans le département d’Atlántida, et plus particulièrement dans le secteur de Florida (…). Il souhaite communiquer à tout le peuple de Dieu, à toutes les personnes de bonne volonté, aux autorités et citoyens en général que :

[…]

3.- Nous sommes préoccupés et refusons…

10.- L’avalanche de projets miniers dans notre département d’Atlántidadepuis plusieurs décennies, qui prétendent exploiter des zones à haute valeur écologique. Le département d’Atlántida possède une beauté naturelle incomparable, avec ses 12 aires protégées et parcs nationaux, qui représentent 40% de son territoire. Il s’agit de la région du pays où l’on produit le plus d’eau, elle est dotée d’un littoral adéquat pour le tourisme et de chaines de récifs coralliens. Souhaitons-nous vraiment mettre en péril cette beauté et cette richesse?

11.- Les impacts environnementaux possiblement générés par ces projets et leurs conséquences négatives pour la vie des communautés. A ce jour nous n’avons pas de preuves claires fournies par les études réalisées auprès des personnes affectées. Le manque d’information à cet égard nous fait douter de la crédibilité et de la qualité technique de ces supposées études sur l’impact environnemental. Nous ne pouvons pas emprunter la voie d’une développement qui générerait plus de préjudices que de bénéfices.

12.- Le manque de transparence et la confidentialité avec lesquels se réalisent ces processus d’octroi de concessions, sans information et dans le dos des communautés qui seront les premières affectées. On souhaite imposer aux communautés la mise en œuvre de ces projets sans les avoir consultés, et sous prétexte qu’ « il existe un permis » et qu’ « ils sont légaux ». Peut-on vraiment réaliser ces projets sans avoir pris en compte l’opinion des communautés? En tant qu’Église, nous disons que c’est impossible, et nous refusons cette atteinte aux droits humains individuels et collectifs.

13.- La conduite de la police et des forces de sécurité étatiques, prenant le parti de ceux qui détiennent le capital, l’influence et la volonté. Nous ne croyons pas que dans ce cas précis la police agisse afin de protéger la population -laquelle a toujours été pacifique-, mais plutôt en faveur d’acteurs transgressant le cadre légal et sa propre devise « protéger et servir ». Comment expliquer la présence d’agents de la force Cobra1 dans la zone, se conduisant avec une attitude provocante envers la population qui a toujours vécu pacifiquement et sans présence policière? Nous refusons que l’État soit l’agent provocateur de la population dans ce secteur. Nous sommes préoccupés par la devise de ces agents Cobras, « vaincre ou mourir ». Mais vaincre qui?

14.- L’attitude des autorités locales qui n’agissent pas avec transparence, ôtant au peuple son droit de décider. Pourquoi n’a-t-il pas été possible d’organiser une consultation populaire afin que la population décide? Pourquoi autorise-t-on des opérations sans tenir compte de l’opinion des communautés directement affectées? Pourquoi nos autorités tournent-elles le dos au peuple, alors qu’elles devraient être au service du bien commun? Pourquoi cette distance et ce manque de communication fluide avec ceux qui nous représentent?

4.- Nous promouvons et défendons…

15.- En accord avec sa mission de travailler à la réconciliation et l’unité, pour le respect de la diginité de chaque personne et pour le bien commun (cf. Lumen Gentium 1)2, l’Église continue de promouvoir un dialogue ouvert et transparent entre les différents acteurs de la société qui sont impliqués dans les conflits socio-environnementaux.De cette façon l’Église souhaite aider à freiner l’escalade des conflits, à éviter les dénouements violents et à trouver une solution juste et durable.

5.- Nous demandons et espérons…

16.- L’Église diocésaine de La Ceiba exige de l’État qu’avant d’autoriser le début de quelconque activité minière :

Il garantisse la consultation populaire préalable, facilitant la participation des représentants des peuples et communautés affectées par la prise de décisions sur la possible réalisation de ce type de projets.

Des études sur les impacts environnementaux sérieuses et fiables avec la participation des communautés affectées

-L’Église exige également de l’État que par l’intermédiaire de l’autorité minière, il informe adéquatement la population des résultats de l’étude

17.- Qu’un dialogue soit ouvert dans le secteur et dans tout le département d’ Atlántida afin de parvenir à un consensus sur le chemin d’un développement équitable, humain et durable. Nous soutenons la voie touristique en Atlántida, tant pour ses plages que pour ses montagnes, l’investissement dans les systèmes agro-forestiers, la pêche, l’agriculture et l’exploitation de bétail, l’artisanat…L’exploitation minière est-elle le futur d’Atlántida? Nous croyons le contraire et nous savons qu’il faut chercher de manière consensuelle d’autres alternatives viables, plus humaines et durables.

6.- Nous dénonçons…

18.- La pression inhumaine à laquelle sont soumises les communautés du secteur Florida et en particulier la communauté de Nueva Esperanza, municipalité de Tela, paroisse d’Arizona, Atlántida.

19.- L’introduction d’armes de gros calibre dans le secteur géographique en question. Tout cela avec la permission et en connivence avec la police de la zone, en vue de faire taire la voix des communautés qui résistent à l’imposition par la force d’un projet qui menace leur futur.

20.-La présence d’hommes fortement armés dans la zone, amenés depuis l’extérieur du secteur et qui menacent toutes les personnes qui s’opposent au projet, recourant à des méthodes dignes de tueurs à gages.

21.- Les menaces et pressions exercées sur les leaders communautaires, ces derniers nous donnant des leçons d’intégrité et d’honnêteté avec leur foi et leur valeur d’amour pour la vie.

22.- La stratégie de division et l’affrontement entre les habitants de la communauté. Les stratégies mafieuses visant à semer le chaos et la méfiance parmi les gens, à l’aide d’ « informateurs », etc.

23.- La diffamation et les menaces dont font l’objet le Père César Espinoza et l’équipe missionnaire d’Arizona de la part de quelques entrepreneurs sans scrupules et de ceux qui sont sous leurs ordres. En tant qu’Église de la Ceiba nous soutenons le travail pastoral qui est réalisé depuis la paroisse d’Arizona, en harmonie avec son engagement auprès des plus pauvres et en accord avec la riche doctrine sociale de l’Église, accompagnant un peuple qui lutte pour le droit à la vie et le bien commun de la population.

7.- Nous responsabilisons…

24.- Nous ne souhaitons pas que la violence envahisse la zone…mais si cela devait arriver, nous jugeons responsables:

les entrepreneurs impétueux et pressés, de tout mettre en œuvre pour exploiter la zone contre la volonté des habitants, révélant ainsi leur imprudence et leur prépotence

les responsables des forces de sécurité de l’État, de donner des ordres qui portent atteinte à la sécurité et à la vie d’un peuple modeste et pacifique

les policiers qui exécutent les ordres, d’agir à l’encontre de leur propre peuple en servant des intérêts privés

les autorités locales, de ne pas avoir su informer et consulter le peuple de manière transparente…

8.- Nous offrons…

25.- EN TANT QU’ÉGLISE, DE POURSUIVRE NOTRE EFFORT EN FAVEUR DU PROCESSUS DE DIALOGUE ENTRE TOUTES LES PARTIES ET DE NOUS ATTACHER À ÊTRE JUSTES, CE QUI NE COÏNCIDE PAS TOUJOURS AVEC LES LOIS PROMULGUÉES

Nous demandons à Saint Isidore Le Laboureur, ami de la terre et patron de notre diocèse, ainsi qu’à Saint François d’Assise, de tous nous éclairer afin de trouver la solution la plus sage face à ces problèmes auxquels nous sommes confrontés. Nous nous en remettons à eux.

Fait à La Ceiba, le 26 juin 2013

Mons. Michael Lenihan, O.F.M P.

Évêque du diocèse de La Ceiba

Francisco Sánchez Argueta

Vicaire Général du diocèse de La Ceiba

P. René Flores Pineda

Chancelier du diocèse de La Ceiba

P. Víctor Cámara Cámara

Vicaire épiscopal de la pastorale

1Les agents Cobras forment un groupe d’élite de la police nationale hondurienne. Francs-tireurs, ilssont également spécialement entraînés à la lutte anti-émeute et déployés lors d’opérations spéciales.

2Lumen Gentium, est la constitution dogmatique sur l’Église, promulguée en 1964, et l’un des principaux documents du concile Vatican II. http://www.vatican.va/archive/hist_councils/ii_vatican_council/documents/vat-ii_const_19641121_lumen-gentium_fr.html

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s


%d bloggers like this: